QI GONG : Qu’est-ce que le Qi Gong ?

 

Une première définition du Qi Gong

 

Le Qi Gong peut être défini comme l’art d’accumuler et de faire circuler l’énergie vitale dans le corps. Le QI est à l’origine de tout ce qui vit dans le monde en tant que substance fondamentale de la vie.

 

L’interaction des deux forces universelles YIN et YANG produit le QI et génère la vie. Aujourd’hui, suite à des années d’études scientifiques, beaucoup de médecins s’accordent à dire que l’énergie est de nature électromagnétique.

 

Le terme QI est souvent utilisé pour désigner l’énergie qui circule dans le corps humain (Ren Qi) bien qu’il existe de multiples formes d’énergies, comme l’énergie du ciel (Tian Qi) ou de la terre (Kun Qi). Ces trois puissances majeures sont appelées « les trois trésors ».

 

On peut dire du Qi Gong qu’il n’est pas une gymnastique, qu’il ne se limite pas à des séries d’exercices corporels, mais qu’il est un moyen de développement personnel, d’introspection, un art de vivre qui permet d’harmoniser l’énergie individuelle avec l’énergie universelle. A ce stade, il devient une voie d’ EVEIL.

 

On parle d’état de Qi Gong pour qualifier un esprit calme et un corps détendu, un état de pensée pure qui peut communiquer naturellement avec son entourage (les gens, l’environnement, le cosmos).

 

Le Qi Gong, comme je l’ai appris avec les Maîtres Kahn et liu Dong , est un « moyen » d’accéder à un état de calme, de paix intérieure, grâce aux techniques d’harmonisation de la respiration, du corps et de l’esprit, opérant ainsi une alchimie intérieure qui transforme l’être.

 

Alors, « l’Etre profond entre en accord avec les apparences, l’esprit s’accorde avec le corps, et le coeur s’harmonise avec les viscères ».

 

 

Les diverses écoles de Qi Gong

 

De nos jours, le Qi Gong fait référence à des exercices à des fins thérapeutiques, ou pour développer la force physique, énergétique, mentale ou spirituelle.

L’utilisation du terme « Qi Gong » est assez récente (environ 1956) , ses six sources sont le taoïsme, le bouddhisme, le confucianisme, les arts martiaux, la médecine et les pratiques populaires ancestrales.

 

Les écoles d’obédience taoïste (Lao Tseu pour référence), en étroite relation avec les théories de la médecine traditionnelle chinoise, consistent essentiellement à renforcer et conduire l’énergie vitale pour prolonger la vie (alchimie interne pour acquérir l’immortalité et l’harmonie avec l’univers). C’est la Voie du « lâcher prise ».

 

Le Qi Gong confucianiste, créé par Kong Tseu au 6ème siècle avant notre ère, se caractérise par l’importance donnée à la moralité, la droiture et la connaissance. C’est la voie de la « vertu humaine ».

 

Le Qi Gong bouddhiste est davantage orienté vers l’obtention de l’éveil, la conscience du coeur (vacuité, connaissance de soi, libération de l’esprit). C’est la voie de la « sagesse ».

 

Le Qi Gong médical est basé sur la connaissance des relations « méridiens-organes » en vue de soigner des pathologies et d’entretenir la santé. Dans ce cas, des séries d’exercices spécifiques sont prescrites aux patients dans les services hospitaliers.

 

Le Qi Gong martial vise à fortifier le corps pour le rendre invulnérable aux coups. Visualisations, auto frappements, rétentions respiratoires, techniques du fil de fer et autres méthodes sont utilisées en vue d’obtenir les résultats recherchés. Les écoles dites « externes » comme celles se référant à Shaolin ont des méthodes rapides et très efficaces, plutôt physiques et pouvant endommager le corps par manque de précautions. Des onguents sont utilisés après les exercices pour aider au renforcement du corps et à la récupération des muscles et tissus. Les écoles dites « internes » se référant à Wudang, utilisent des méthodes plus douces, comme des visualisations associées à la respiration. Les résultats sont plus longs à se manifester mais le corps est moins « traumatisé ». Cette dissociation entre interne et externe est en fait excessive, car il arrive souvent que des écoles utilisent à la fois les deux méthodes.

 

baguaqigong.jpg

 

Bagua Qi Gong – 2008

 

Une école de Qi Gong peut contenir différents aspects, puiser ses connaissances à diverses sources pour enrichir sa pratique. Définir une école comme exclusivement bouddhiste ou taoïste reviendrait à la limiter, d’autant plus que certaines traditions comme le Xi Tchan se sont inspirées des deux courants spirituels pour mieux cheminer vers l’éveil.

 

 

 

 

Laisser un commentaire